Certaines hormones produites dans le cerveau et la sphère intestinale impactent notre comportement alimentaire, notre appétit, et donc nos efforts éventuels pour perdre quelques kilos (ou pour en prendre).

Je vous ai parlé de faim émotionnelle, aujourd’hui nous parlons physiologie et hormones. Comprendre toutes les forces en présence vous aidera grandement si vous n’êtes pas satisfait de vos habitudes alimentaires, si vous mangez parfois de manière compulsive ou si vous avez du mal à perdre du poids et à ne pas le reprendre. 

Parfois, il s’agit de moins manger mieux manger plus bouger, parfois de comprendre les émotions que nous cherchons à accueillir par le biais de la nourriture. Il s’agit rarement de résister à nos envies et nos besoins, ou de lutter avec notre volonté et notre motivation au quotidien ou de croire que nous ne faisons pas suffisamment d’efforts. D’ailleurs, les chiffres en France suggèrent que c’est une situation complexe. 1

Une composante de cette complexité est l’influence des hormones de l’appétit. Le monde scientifique a identifié de nombreuses hormones qui ont un effet majeur sur la régulation de la faim et de la satiété, comme du stockage et du déstockage de nos réserves. Les personnes qui ont une production déséquilibrée de ces hormones auront tendance à avoir des signaux de faim déséquilibrés, donc à avoir beaucoup plus faim ou à ne pas arriver à s’arrêter de manger. 

Hormis quelques rares personnes praniques, nous avons tous besoin de manger. 

Et globalement, nous avons tous en tête les grandes lignes de « quoi » manger même si ce n’est pas appliqué. Là, les émotions jouent un rôle certain. Mais savons-nous quand manger et quand nous arrêter de manger ? 

Cet article et ceux qui suivent ont pour but de vous exposer aussi simplement que possible les interactions physiologiques entre le cérébral et l’intestinal pour vous aider à comprendre les signaux qui régulent votre prise de nourriture via votre appétit et votre sensation de satiété.

Qu’est-ce qu’une hormone ?

Une hormone est produite par l’organisme et circule dans le sang. Elle agit comme un messager chimique entre le corps et le cerveau et dirige de nombreuses fonctions de l’organisme. Certaines hormones sont produites directement dans les intestins, qui deviennent bel et bien notre 2ème (1er …) cerveau ! 

Pour ce qui nous concerne ici, les hormones de la faim et de la satiété coordonnent notre comportement et nos choix alimentaires et contrôlent notre appétit. 

Je vous parlais de forces en présence en introduction, et en l’occurrence, nous ne contrôlons pas à 100% de façon consciente ces forces car la sécrétion de ces hormones relève de notre système nerveux autonome. 

  • Est-ce vous qui décidez de vous sentir rassasié après un repas ? 
  • Est-ce vous qui décidez « Tiens, je décide d’avoir faim ? »
  • Est-ce que vous décidez de mettre votre corps en mode stockage de réserves (donc prise de poids éventuelle) ou en mode déstockage (donc perte de poids) ?

Non. 

Comprendre l’impact des hormones vous permettra donc de mieux appréhender certains écueils.

Dans ce premier article, je vous dresse un tableau des hormones en jeu. Le prochain article traitera des 4 principales hormones que sont la leptine, la ghréline, la dopamine et l’insuline. Certaines d’entre elles n’ont été découvertes qu’en 1994, c’est dire que la science débute dans cette exploration.

Les principales hormones dans la régulation de l’appétit et leurs rôles

Amyline– Retard de la vidange gastrique
– Baisse de la glycémie (le taux de sucre dans le sang)
CCK– Libération d’enzymes par le pancréas et de bile par la vésicule biliaire
– Supprime la faim
– Inhibe la vidange gastrique
– Influence la sécrétion de PYY
Dopamine– Renforce le plaisir de la nourriture
– Contribue aux fringales
Ghréline– Stimule l’appétit et déclenche la faim
– Augmente la préférence pour les aliments gras et sucrés
– Induit la production de graisses
– Diminue la sécrétion d’insuline
– Stimule la production de NPY
– Augmente la motilité gastrique
GIP – Potentialise la sécrétion d’insuline
GLP-1 – Ralentit la vidange gastrique
– Supprime l’appétit
– Inhibe la sécrétion de glucagon
– Stimule la sécrétion d’insuline
Glucagon – Augmente la satiété
– Augmente la glycémie
Insuline– Baisse de la glycémie dans le sang
– Stimule la synthèse du glycogène
– Stimule la synthèse et le stockage des graisses
Leptine– Diminue l’apport alimentaire et régule l’appétit
– Régule le métabolisme énergétique
– Régule les réserves de graisses
NPY– Stimule l’appétit
OXM– Inhibe la sécrétion de ghréline
– Supprime l’appétit
– Ralentit la vidange gastrique
– Stimule la libération d’insuline après la prise de glucides
PP– Ralentit la vidange gastrique
PYY– Ralentit la vidange gastrique
– Stimule la satiété (niveau le plus haut 90’ après le début d’un repas)
Sérotonine– Un taux élevé de sérotonine diminue l’appétit pour les sucres 

À suivre dans les prochains articles : 

  • Les 4 principales hormones qui influencent la régulation de l’appétit
  • L’outil infaillible pour recalibrer ces hormones
  • 10 astuces pour équilibrer ces hormones
  • Qu’en est-il de la génétique et de la chirurgie pour réguler l’appétit ?
  • Comment comprendre concrètement les signaux de mon corps quand j’ai faim et quand je n’ai plus faim ?
  • Pourquoi est-ce que je n’arrive pas à m’arrêter de manger ?
  • Mon état d’esprit joue-t-il aussi un rôle ?
  • 7 prises de conscience qui ont changé mon état d’esprit

Au terme de cette aventure ensemble, je vous proposerai un mini-cours gratuit qui vous aidera à découvrir la raison originale et sous-jacente pour laquelle vous vous êtes tourné vers la nourriture à l’époque. Et enfin laisser tomber.

*LA PAROLE EST À VOUS* : Est-ce que les hormones en jeu dans la perte de poids vous intéressent ? 

Mettez-moi un commentaire et je vous prépare un dossier sur le sujet. 

Hormonalement vôtre 💖

Avec amour,

Johanne

1 L’obésité concerne bientôt 20% des français, avec les nombreuses complications que l’on connaît (diabètes, maladies cardio-vasculaires, inflammatoires, rénales, hépatiques, etc..), et pour le surpoids, on avoisine les 40%.


2 Commentaires

  • Posted 15 mai 2021 7h05 Marie-No 0Likes

    Merci Johanne pour cet article.
    Personnellement je suis intéressée par ce qui se passe qd on prend certains médicaments ( ex antidepresseurs) et qu’une forte prise de poids suit avec un métabolisme tout chamboulé et à partir de là, grosse difficulté pour reperdre du poids. Quelle hormone a été bloquée ou stimulée ? Merci

    • Posted 15 mai 2021 19h15 Johanne 0Likes

      Avec plaisir ! Un des articles à suivre est en effet prévu là-dessus, j’espère qu’il répondra à ta question. Bonne fin de journée à toi

Poster un commentaire

Avertissement : aucune partie de ce site web n'est destinée à constituer un avis ou un traitement médical. Il est conseillé à toute personne désireuse d'établir un régime individualisé ou d'utiliser des cycles de jeûne de commencer par consulter son médecin. Il lui est également recommandé de rester sous surveillance médicale pour toute modification importante de son régime ou durant un jeûne.

© Naturalistic 2021. Conception : Pulse Communication

Suivez Naturalistic
Minimum 4 characters