(Un premier article La faim émotionnelle a été publié ainsi que La différence entre faim émotionnelle et faim physique)

A la question faut-il bannir la nourriture émotionnelle du précédent article, ma réponse est : NON ! Je n’interdis rien, jamais ! Il n’y rien de tel que d’interdire pour susciter l’envie… 

L’idée n’est pas de devenir des tarés de l’alimentation, rigides et chiants à souhait… Been there, done that ! Quand nous gonflons trop un pneu, il explose. C’est la métaphore du pneu. Aussi, nous allons le gonfler, et puis relâcher un peu la pression. Juste assez pour que la voiture roule de façon secure. 

Ainsi nous pouvons nous faire plaisir, continuer de manger nos émotions de temps à autre, mais garder présent à l’esprit que ce n’est pas nécessaire pour notre corps, sinon pour un autre plan de notre être. 

Comment faire pour manger en conscience et composer avec ce type de distorsion entre faim réelle et faim émotionnelle ? Voici quelques pistes et astuces : 

  1. Demandez-vous si vous avez réellement faim
  2. Distrayez-vous de la faim
  3. Soyez conscient quand vous mangez
  4. Accueillez vos émotions plutôt que de les fuir en mangeant
  5. Faites-vous accompagner !

1. Premièrement, posez-vous la question : ai-je réellement faim ?

Faites-en une habitude.  Quand vous arrivez au frigo ou devant le placard, prenez cette habitude, posez-vous la question « ai-je faim ? », NON, puis revenez 20 minutes après, et vous remarquerez peut-être que rien n’a changé, vous n’avez toujours pas faim ! Alors demandez-vous « Pourquoi j’ai encore fait ça ? Ai-je réellement faim ? Ou ai-je un besoin non comblé ? » Ce qui se trouve dans le frigo ou dans le placard ne remplira jamais ce besoin, ce vide que vous ressentez à l’intérieur de vous. Au mieux, cela agira comme un pansement ou une pommade qui calmera ce malaise, cette blessure ou cette souffrance pendant quelques instants, mais rien, RIEN, de tout ce qui se trouve dans ce frigo ne fera cesser cette souffrance que vous ressentez, quelle qu’elle soit. 

En tant qu’être humain, identifié à un ou plusieurs personnages, nos besoins premiers sont des besoins de sécurité, d’amour, d’exister et de se sentir exister, et d’être reconnu. Demandez à votre inconscient de vous guider afin de repérer quel besoin, quel vide, vous cherchez à remplir avec ces sensations de « fausse faim ». Observez la réponse. A force de pratiquer, vous deviendrez ainsi plus conscient, vous mangerez moins, mieux, ou disons, de manière plus adaptée. Vous ne mangerez plus pour combler un vide s’il n’est pas physiologique. En tant qu’être, notre seul et unique besoin est … d’être, de vibrer ce que nous sommes, tel un soleil qui rayonne en permanence.

2. Distrayez-vous de la faim. 

Vous pouvez aussi déjouer le truc en comblant ce besoin par autre chose que la nourriture : appeler un ami, sortir le chien, faire une séance de sport, se reposer, méditer, prendre un livre, regarder une vidéo inspirante et motivante, boire un verre d’eau, aller se promener dehors, prendre un bain, prendre le soleil, etc. Faites-vous une liste « je comble le vide que je ressens dans mon cœur, dans mon être », VOTRE liste d’alternatives, à laquelle vous aurez recours le moment venu. Et parfois vous mangerez tout de même, et parfois pas ! C’est ok ! 

3. Soyez conscients quand vous mangez. 

Ou alors, vous pouvez choisir de manger, et essayez de la faire le plus en conscience possible, et vous verrez que vous n’engloutirez pas autant que par le passé. Vous serez plus à l’écoute de vos ressentis, de votre corps, de votre satiété.

Devenir conscient est la clef, que ce soit dans votre manière de vous nourrir, comme de travailler, de relationner avec votre famille, votre amoureux/amoureuse, votre corps, etc. Prendre conscience de ses besoins, de ses émotions, est la première étape pour pouvoir y répondre de manière la plus adaptée. 

Tout changement commence par une prise de conscience.

Et nous pouvons travailler sur les symptômes (la nourriture émotionnelle) mais nous pouvons aussi travailler sur la source : l’amour de soi, l’acceptation de soi. Quand nous avançons vers nous-même, les schémas émotionnels disparaissent progressivement d’eux-mêmes.

Quand vous mangez, soyez juste dans cette action de manger. Soyez présent. Comme si vous en faisiez une méditation. Se nourrir en conscience, ça veut dire que je ne mange pas en mode pilote automatique. Parce qu’il faut, parce que c’est l’heure, devant la TV, etc…  Se nourrir en conscience, c’est honorer la nourriture, de ceux qui l’ont produit à ceux qui l’ont vendu, etc. C’est manger avec amour. Par amour. De soi, des aliments. C’est y mettre de l’amour. Manger au calme, en silence, lentement, en appréciant de chacun de nos sens, les couleurs, les odeurs, les textures, les goûts, les saveurs. Expérimentez de fermer les yeux pour quelques bouchées. Fermer les yeux en mangeant nous aide à nous centrer, à ressentir la nourriture et l’harmonie entre la nourriture et notre corps, ressentir cette communion, cet amour … ça peut même être très orgasmique LOL. Cette unité avec toute chose ! 

Vous pouvez aussi bénir la nourriture qui vous avez devant vous, c’est faire preuve de respect et cela change littéralement les molécules d’eau contenues dans la nourriture et vibratoirement tout s’aligne à vous.

Plus vous mangerez en conscience, avec amour, et plus vous serez guidé naturellement vers ce qui vous correspond le mieux. Car nous sommes conscience et amour incarné. 

4. Accueillez vos émotions.

Lorsque vous vivez une émotion, apprenez à accueillir cette émotion, aussi terrifiante puisse t’elle paraître, plutôt que de lutter, combattre ou nier cette émotion. Lorsque nous avons recours à la nourriture alors que nous nous sentons triste, nous maintenons cette émotion en nous, car en fait nous la renions. Afin que cette émotion puisse se libérer, un des outils sera de rester avec cette tristesse, de la sentir, dans notre corps, de sentir comment elle se manifeste, où est ce qu’elle se manifeste, par une sensation de chaleur, de froid, d’oppression, de poids. Regarder l’émotion pour ce qu’elle est. Sans vous identifier. Vous n’êtes pas cette émotion. Rester avec ce qu’elle est. Ici et maintenant. Cela peut nécessiter du temps, plusieurs « séances » à rester avec.

Mais tel un enfant qui a quelque chose à vous dire, et qui vous tire sur la manche jusqu’à ce que vous lui donniez de l’attention et que vous l’écoutiez (puis il passera à autre chose en un claquement de doigt !), ces émotions refoulées continueront de vous tirer sur la manche jusqu’au jour où vous les accueillerez pleinement. 

Le mieux… c’est de le vivre ! J’ai une méditation spécifique que je propose à mes clients pour les accompagner dans ce travail d’accueil des émotions dans mes coachings et dans le programme « Manger en toute liberté ».

Si vous voulez entamez une démarche d’accueil, il est fondamental d’établir une connexion forte avec votre ressenti et votre corps : c’est à travers lui que vous avez la sensation de vos émotions. Je vous propose de démarrer avec cette méditation que j’ai publiée sur ma chaine YouTube.

5. Faites-vous accompagner.  

Pour tout trouble avéré du comportement alimentaire, boulimie, hyperphagie, compulsions alimentaires, faites-vous aider par un professionnel. 

Vous n’êtes pas seul ! 

Ce bavardage incessant qui s’instaure dans votre esprit autour de la nourriture n’est pas une fatalité. Cela peut changer. Et si cela fait des années que vous essayez de mettre les choses en place mais que vous n’y arrivez pas, voire même que la situation empire, c’est que vous avez besoin d’un coup de pouce.

J’ai créé le programme « Manger en toute liberté » car je suis passée par là. Je mangeais mes émotions en permanence (quand je ne les fumais pas ou que je ne les buvais pas) ! Je mangeais les casseroles que je me trainais dans ma vie et tout ce que je mettais avec sous le tapis. Nous trainons tous des casseroles ! Mais nous avons également tous cette capacité de changer, de mettre de la lumière sur nos comportements, sur nos habitudes, sur nos actions. Nous avons la capacité de créer une nouvelle histoire !  


👉 Envie d’aller plus loin ?

Coaching

Retrouvez toutes les informations sur le programme

Poster un commentaire

Avertissement : aucune partie de ce site web n'est destinée à constituer un avis ou un traitement médical. Il est conseillé à toute personne désireuse d'établir un régime individualisé ou d'utiliser des cycles de jeûne de commencer par consulter son médecin. Il lui est également recommandé de rester sous surveillance médicale pour toute modification importante de son régime ou durant un jeûne.

© Naturalistic 2021. Conception : Pulse Communication

Suivez Naturalistic
Minimum 4 characters