Ma santé, mes choix

Petit souci de santé cette semaine… Dans l’absolu, absolument rien de grave, vraiment, mais une seule et unique contre-indication sévère : aucun déplacement prolongé ni d’avion pendant une à deux semaines en fonction des analyses, que le traitement agisse… Sinon je risque très, très gros pour ma santé. Et bien sûr, à deux jours du diagnostic, qu’est ce que j’ai de prévu ?? Un déplacement pro en avion… La convention Jeûne & Bien-Etre.

La vie nous présente toujours de merveilleux cadeaux sur le chemin d’éveil, n’est ce pas? Observer les réactions que j’ai pu avoir ces dernières 48H fut (fatigant LOL) riche d’enseignements, le mental/égo qui se débat, piégé dans une situation, dans ses conditionnements, dans ses peurs, fut tout autant source d’amusements que de crises de larmes… Un bon petit nettoyage… Un de plus 😉

Accepter ou refuser la situation : Ce n’est pas possible que ça m’arrive à moi ! Non, pas à moi ! J’ai une super hygiène de vie, je mange sainement, jeûne régulièrement, aucun antécédent ou souci de santé, je suis active, une vie au plein air, au contact des élèments, je suis à mon compte donc je suis libre d’accommoder mon emploi du temps à mes activités, etc. D’où vient ce problème ? Même les spécialistes peinent à me dire quelque chose… On poursuit les examens.
Johanne… Lâcher prise !

Accepter ou refuser l’allopathie : Vous pensez bien… Plus de dix ans que je n’ai même pas pris un Doliprane, et là on me colle un traitement de cheval ! Pour le coup, la pilule est très dure à avaler… et je creuse le trou de la Sécu avec ma pelle ! Gros travail d’accueil et d’acceptation en cours, et de mettre dans la lumière le traitement, aussi allopathique soit-il. Car tout est conscience, n’est ce pas… Ou est-ce que je maintiens une vision dualiste des choses, avec les gentils d’un côté, et les méchants de l’autre… ??
Johanne… Souplesse !

Accepter ou refuser mon impuissance : impossible que moi, je sois dans cette situation, obligée de mettre une genou à terre… L’égo prend une baffe ! Je suis plus forte, je suis au-dessus de tout ça, j’ai des super pouvoirs, et je vais le prouver… A qui ? A moi? Aux autres? Mais prouver quoi au fait ? Ma vulnérabilité? Mon échec, car malgré tout ce qui est mis en place, j’ai un souci de santé? Ma faiblesse de ne pas arriver à basculer cette situation en 48H par les prises de conscience de ma création ? Ma connerie en montant dans un avion et jouer ma santé à pile ou face? En laissant potentiellement derrière moi ma fille de 10 ans avec une maman légume ou dans un cercueil ? Les scénarios catastrophe s’enchainent, et toujours… ce côté qui ressort « Mais non, pas à moi. Moi je vais passer à travers »… BS !
Johanne… Humilité !

Difficile de prendre des décisions lourdes de conséquences quand la santé est en jeu. Et personne ne peut les prendre à notre place. Personne. Le Vivant, dans toutes ses dimensions, est complexe. On croit maîtriser, on croit savoir, on croit connaître, mais qu’en est il réellement??

Difficile de réfléchir avec discernement, de ne pas voir des signes partout, dans tous les sens (sens opposés bien sûr, sinon ce serait facile !! ), d’être pleinement à l’écoute de son corps, de son coeur, quand la peur et les doutes se mélangent à la foi et la confiance. Quand nos attentes et nos espoirs se mélangent à nos certitudes et nos croyances conditionnées. Faire confiance aux spécialistes? A nos anges? A la science? A notre bonne étoile ?
Et le prisme de notre espace-temps qui rend toujours les choses effrayantes encore plus effrayantes qu’elles ne le sont réellement.

Facile et tentant de se poser en victime de la situation qui devient un drâme, chercher un sauveur, et bien sûr, un bourreau aussi 😉

Alors ce matin… je n’ai pas pris l’avion. Je me suis levée et je suis sortie, voir la nature qui se réveillait elle aussi, écouter les oiseaux, respirer l’air frais, remercier, regarder les nuages et le soleil qui tentait de percer derrière eux… J’ai retrouvé mon voisin, déjà au bord de l’étang, qui donnait à manger aux poissons et aux écureuils. Je suis allée voir les poules et leur ouvrir le poulailler. J’ai échangé avec ma fille via SnapChat (je suis une d’jeuns!!) . Puis j’ai médité. Ici et maintenant.

La vie est belle, et elle est précieuse. Où sont nos priorités? Sont-elles au bon endroit?

Le risque zéro n’existe pas. Jamais. A chaque instant, on peut y passer, me direz-vous. Et c’est vrai !
Que faire de cela?? rien de tel que la mort pour se sentir vivant.
Dans l’absolu, je pouvais prendre le risque de monter dans cet avion et tout allait bien se passer.
Dans l’absolu, je pouvais prendre le risque de monter dans cet avion et claquer …
« Dans l’absolu »… j’ai toujours aimé dire ça. Dans l’absolu. « Déf ABSOLU : qui ne connait aucune limitation, aucune imperfection »
Mais c’est où, au fait, l’absolu ?? Et surtout… est ce que j’y suis, moi, dans l’absolu ?

Alors pour ce qui est de ma santé, je vais continuer à lui donner la priorité à chaque instant. Car si je ne la priorise pas maintenant, elle me forcera à la prioriser plus tard. Santé physique. Santé émotionnelle. Santé mentale. Santé vibratoire. Santé relationnelle.

Aujourd’hui est le jour parfait pour manger sainement, respirer, prendre soin de moi et des gens que j’aime, savourer la présence de mes proches, être, tout simplement être, ici et maintenant, et remercier la vie pour tous ses cadeaux.
L’instant présent nous gratifie toujours de moments précieux, remplis de sagesse et d’opportunités pour se réveiller et grandir dans l’amour que nous sommes et que nous rayonnons.

Et le prisme de notre espace-temps rend toujours les choses merveilleuses encore plus merveilleuses qu’elles ne le sont réellement <3

 

Belle et lumineuse journée à vous.

2 réflexions au sujet de « Ma santé, mes choix »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.